Joel Dabin

Joël DABIN
Style, un tourbillon d'énergies

A ses débuts, la peinture de Joël Dabin est plutôt rigide et austère.
« La couleur m’a obligé a abandonner un graphisme trop structuré…».

Dans les années 50, Dabin porte un intérêt à l’expressionnisme abstrait et à l’action painting de l’Ecole de New-York . Il aurait pu se tourner résolument vers l’abstraction mais ce ne sera que passager.
« J’ai eu une période abstraite, dont je me suis lassé, car elle s’est vite réduite à
des études de couleurs ».


Il reviendra à la figure tout en gardant cette fougue qui caractérise son œuvre. Il devient au fil des ans, le peintre du mouvement. «Je saisis la richesse des couleurs… je suis ému par le mouvement…».

Ses compositions servent toujours cette idée de mouvement : diagonales conventionnelles ou lignes verticales légèrement obliques, lignes courbes rayonnant autour d’un axe central.
L’œuvre devient explosive avec des couleurs prenant définitivement le pas sur le dessin.
Dabin sait travailler vite, d’un seul jet. Son geste est nerveux et intuitif.
« Je ne suis pas un peintre de la description, j’évoque…je suis un instinctif ».

1 | 2 | 3

Français | English | Español         © Dabin - Infos Légales & Crédits